Pourquoi il faut chercher une mission… MAINTENANT

Par | 9 décembre à 7:42 | 9 commentaires | Efficacité, Visibilité - Marketing | Mots-clé: chercher, chercher une mission, emploi, mission

chercher une mission maintenant

Chercher une mission vs chercher un emploi, c’est un dilemme classique.

Vous êtes sur le départ de votre entreprise, ou vous êtes déjà « hors poste » ou encore vous recherchez votre premier travail. Votre entourage, vos conseils, vous disent qu’il est de plus en plus long de trouver un emploi et que « la crise » n’arrange rien. Peut être l’avez vous aussi constaté. Vous avez donc conscience d’être dans une course de fond avec un petit zeste d’angoisse…. la temps des indemnités, si vous en avez, passe si vite…..

Vous avez décidé d’être ouvert à toutes propositions

Bref, pour tenir compte de ces circonstances, vous avez décidé d’être ouvert à toutes propositions CDI, CDD, mission etc..Vous vous concentrez sur le recherche du CDI en vous disant que vous accepterez une mission, si ça se présente. Vous avez organisé vos recherches et vous y consacrez toute votre énergie : mailing aux chasseurs, recherche d’annonces, candidatures libres,  réseautage etc

Finalement, il se présente peu de choses et quelques mois avant la fin des indemnités pole emploi, ou apres une longue période de galère, vous décidez de chercher une mission de toute urgence.

Or il est plus efficace de chercher une mission en priorité dès le départ

C’est  résultat de mes observations.  Cela n’empêche pas de répondre à quelques annonces et d’être ouvert à un emploi  salarié!  Cela induit de  mettre en oeuvre un plan d’action approprié (réseautage, communication)

Pourquoi  chercher une mission d’abord plutôt qu’un emploi?

Un emploi, c’est rare par les temps qui courent.

En cherchant un emploi  d’abord, vous allez « épuiser » votre réseau  le plus précieux, même si vous employez les meilleures pratiques du réseautage. Bien souvent votre réseau proche ne peut pas vous donner un emploi  et va finir par ne plus etre disponible pour vous recevoir : les amis sont génés de dire non à quelqu’un qu’ils aimeraient bien aider, quand aux ex collegues, sous-traitants, fournisseurs, c’est vous qui vous sentez gêné de les contacter pour la nieme fois et leur « avouer » que vous cherchez toujours….

Chercher une mission tout de suite, c’est augmenter vos chances de réussite

Vous augmentez vos chances de trouver « quelque chose » : Si vous dites chercher une mission, c’est plus facile pour le réseau proche de vous en proposer ou de vous envoyer voir une relation à eux susceptibles de….C’est aussi est plus facile pour vous de présenter à votre réseau professionnel, plusieurs fois si nécessaire.

Et surtout, c’est ce réseau qui connait vos compétences , par conséquent, il n’aura pas besoin de communication sophistiquée pour vous confier une mission! Pour lui, vous êtes crédible de facto. C’est donc lui  le plus susceptible de vous confier votre première mission. C’est clef pour la suite, vous vous construisez des références. Or ce réseau professionnel est d’autant plus vivant que vous venez de quitter votre job précédent récemment. 2 ou 3 ans après, tout le monde a été muté. Donc en cherchant tout de suite, la première mission est plus facile à trouver

On ne trouve pas souvent une mission par hasard.

Il faut chercher de manière active dans cette direction, contacter les cabinets de management de transition, réseauter auprès des opérationnels qui ont des besoins.  Si vous fréquentez les services RH, les chasseurs etc… il est peu probable qu’ils aient une mission à vous proposer (sauf si vous êtes dans les RH, bien sur). Pour trouver une mission il faut aller voir les opérationnels, les décideurs, ceux qui ont les problemes que vous pouvez résoudre… bref le réseautage est légèrement différent, mais notez que tous ces opérationnels peuvent aussi avoir un emploi dans leur besace!

Une fois que vous êtes en mission vous augmentez vos chances
en…. entretien d’embauche!

Pour commencer  les recruteurs préfèrent les candidats « en poste », donc vous êtes  plus susceptibles d’être interviewé.

Ensuite c’est très subtil. Que vous le vouliez ou non,  vous n’allez pas avoir pendant vos entretiens la même attitude que si vous êtes aux abois. Avoir une mission, savoir qu’on peut en avoir d’autres, savoir que l’indemnisation va être prolongée, c’est avoir une MESORE (MEilleure SOlution de REchange) – BATNA en anglais- . Non seulement c’est la meilleure circonstance pour la négociation, mais le chasseur ou le recruteur le « sent »… Vous etes tête haute, vous le regardez comme un égal…….il ne vous offre plus une planche de salut, il vous « débauche » …..et il adore ça!

Construisez dès aujourd’hui votre offre de service

Nul besoin d’un cursus spécial : si vous avez un CV , vous pouvez le faire !
Téléchargez le guide sur la droite de cette page (en haut) pour vous aider et pour commencer à
chercher une mission dès maintenant.

NB Au delà de votre réseau direct, et pour le long terme la communication aussi est différente: il faut avoir réfléchit à une communication « mission »: une offre de service, un discours qui rend cette offre crédible etc… le guide vous aidera.

Si vous avez déjà l’experience de mission, quel conseil donneriez vous à quelqu’un qui se lance pour la première  fois?

9 réponses

  1. Hervé Allaire (5 ans plus tôt)

    Le fait de proposer de « faire » des missions, doit être avant tout motivé par un choix personnel socio -professionnel. C’est une façon différente de poursuivre sa carrière, entrainant aussi une manière d’être et d’agir differente.
    C est ce que reflètent le groupe de Managers de Transition de l’association  » Amadeus-Dirigeants ».

  2. Portage Salarial (5 ans plus tôt)

    Effectivement les missions ne sont pas évidente à trouver, après je pense que cela dépend beaucoup du domaine de compétence. Par exemple en informatique il y a plus de missions avec des sites spécialisés qui les recenses. ( Freelance Info)

    Bonne recherche

  3. Marie-Caroline (5 ans plus tôt)

    Je suis d’accord avec Gaëlle. J’effectue des missions et j’ai trouvé la 1ère auprès de proches. Les entreprises ont des besoins c’est une évidence. En cette période de conjoncture difficile, prendre une personne pour une mission est moins risquée et même avantageux pour l’entreprise. La difficulté c’est de trouver les missions. Je fais beaucoup de réseau dans ce sens. Je ne cherche pas un emploi mais j’ai été contactée plusieurs fois pour des postes car je suis active et c’est vendeur.

  4. FERKLI (5 ans plus tôt)

    Je suis tout a fait d’accord avec , mais pour une mission il faut disposer à mon sens d’une expertise dans son travail par une expérience au moins de cinq ans et d’un bon réseau

    • gaelle (5 ans plus tôt)

      L’expertise c’est certain.
      Le réseau , ça facilite les choses , mais il existe aussi des sites de mise en relation pour des missions …Certes, les plus « belles » n’y seront pas mais cela permet de se construire ses premières références si on est débutant…
      L’expérience , ça rend crédible et permettra de proposer des services plus sophistiqués, à des prix plus chers. Mais ce qui compte le plus c’est l’expertise et l’art de la « vendre ».
      Si vous proposez vos service dans un domaine où vous avez une compétence unique (j’insiste là dessus) , je pense que même débutant et avec un réseau embryonnaire vous devriez pouvoir trouver quelque chose…
      Les SSII emploient beaucoup de « freelances » ou de consultants en mission, par exemple, mais les sélectionnent selon la spécialité dont ils ont besoin projet par projet.
      SI vous êtes étudiant, choisissez vos options afin de construire cette « valeur unique » . Si vous êtes débutant , prenez des missions éventuellement »alimentaires » en pensant à vous construire une spécialité… c’est ce qui fera que l’expérience aura une vraie valeur.

  5. Pierre Blog Stratégies Export (5 ans plus tôt)

    Merci Gaelle

    Je vais telecharger ce guide de ce pas

    Amicalement

  6. Philippe Guiheneuc (5 ans plus tôt)

    Bonjour,
    J’ai été consultant indépendant pendant 7 ans avant de redevenir salarié. Mon expérience du consulting est qu’avant de se lancer il est important : 1- d’avoir un an de visibilité, autrement dit soit des contrats signés avant même de commencer, soit les allocations chômage, soit une somme d’argent, ou un mix pour tenir un an sans trouver de nouvelles missions. Parce qu’au début le plus dur n’est pas de trouver une mission mais de trouver le réseau qui va bien pour avoir accès à des missions pérennes et bien payées. 2- savoir ce qu’on ne veut pas faire, ou plutôt décider de ce qu’on ne veut pas faire, et s’y tenir. 3- travailler son réseau, très vite. Par ailleurs je déconseille la création d’une structure pour abriter une activité de consultant indépendant (mieux vaut prendre une société de portage, in fine ça n’empêche pas de développer une marque, ça coute bien moins cher et ça évite toutes les galères), à moins d’avoir immédiatement pour ambition de créer un cabinet avec plusieurs associés. Si vous voulez plus d’infos vous pouvez me contacter via mon blog http://marketing-ventes-b2b.blogspot.com

    • gaelle (5 ans plus tôt)

      « ….;le plus dur n’est pas de trouver une mission mais de trouver le réseau qui va bien pour avoir accès à des missions pérennes et bien payées….. »
      Effectivement, trouver une mission peut être assez facile , mais le plus dur c’est d’avoir un flux régulier.

  7. Julien Arcin (5 ans plus tôt)

    En période de crise c’est clair que l’emploi est devenu une denrée rare. Parce que les employeurs sont incertains et n’ont pas envie de s’engager dans la durée. C’est une chose qui touche moins les entrepreneurs puisque le besoin de main d’oeuvre est toujours là. Et avec un entrepreneur, on n’a pas un contrat à durée indéterminée.

    Merci pour cet article.

Commentaires

© 2015 Akuit. Design adapté de WideZine. Tous droits réservés.